Les bourgeons s’ouvrent

Genève, mars 2015

 

 

 

Le printemps

Le soleil faisait craquer les derniers et tardifs
bourgeons des chênes sous la pression chaude
de ses rayons.
Les verdures se nuançaient à l’infini.

C’était une symphonie de couleurs allant du cri
violent des verts aux pâleurs mièvres des
rameaux inférieurs, dont les feuilles tendres, aux
épidermes délicats et ténus n’avaient pas encore
reçu le baptême ardent de la pleine lumière, bu la
lampée d’or des rayons chauds, car leur oblique
courant n’avait pu combler jusqu’alors que les
lisières privilégiées et les faîtes victorieux.

Mais ce jour-là, une vie multiple et grouillante,
végétale et animale, sourdait de partout, des
crépitements des insectes et du chant des
oiseaux à l’éclatement des bourgeons et au
gonflement des rameaux, craquant dans l’air
vibrant comme des muscles qui s’essaient.

Louis Pergaud

12 commentaires sur “Les bourgeons s’ouvrent”

  1. Quelle magnifique photo pour accompagner ce joli poème!!! Bise et bon samedi tout en douceur ma chère Denise!

  2. Un poème que je ne connaissais pas et une photographie qui fleure bon le printemps…

    Bises Denise

  3. La vie est partout… autour de nous…. Merci ma chère Denise pour ta photo et les mots de Louis Pergaud qui l’ornent si bien..
    Doux week-end.
    Bisou.
    Den

  4. Vraiment jolie Denise ⭐ ⭐ ⭐
    Je te souhaite un merveilleux week-end. Bisous! Aquileana 😀

  5. Une journée particulière pour toi, Denise. Qu’elle te soit douce et pleine de bonheur, comme ce que renvoie ce printemps qui renaît au travers de tes regards lumineux et poétique.
    Bises chaleureuses, Denise
    🙂

  6. Liebe Denise das sind ja herrliche Blüten ja so kann es weiter gehen der Frühling kommt keine Frage und das ist so wunderschön ein glückliches Wochenende wünsche ich dir mit vielen lieben Grüßen Klaus in Freundschaft

  7. Merci pour ta belle page printanière en image et en mots !
    Je t’embrasse !!!

  8. Elles sont à croquer ! Tout comme toi ! 😉

  9. Quelle beauté Dabs l’image. je ne connais pas ces fleurs.
    Quelle véracité dans l’expression imagée de Louis Pergaud.

  10. que c’est joli et ici soleil et vent


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s